STRESSER AVANT LES EXAMS

Stresser avant les exams : quoi de plus normal ?

Dans mes études, j’ai vécu un moment particulièrement difficile. J’ai fait deux ans de prépa pour entrer dans une école de commerce. Le principe : tu bosses pendant 2 ans comme un fou et à la fin tu passes des concours en espérant entrer dans une école ! Tout se décide sur quelques épreuves en quelques jours. Je te laisse imaginer le stress.

Bref, je démarre ma semaine plutôt sereine. Les premières épreuves se passent pas trop mal. Arrive la matière que je redoute le plus et qui est aussi une des plus importantes. Toujours plutôt sereine et confiante, je démarre mon épreuve qui va durer 4h. Je lis le sujet et là… le gros trou noir. Je panique. 2h30 se passent et je n’ai toujours rien écrit. Pas une ligne. Or je suis censée rendre une dissertation d’au moins une dizaine de pages. À ce moment là, je me dis que c’est terminé. Si je rends copie blanche, je n’obtiendrais aucune école et je suis bonne pour repasser les concours l’année suivante. Le bonheur !

Je suis chrétienne alors je sors mon atout, je prie pour demander à Dieu de m’apaiser. Je commence à écrire, sans aucun plan en tête, ce qui me paraît être globalement dans le thème de la dissert. 

Je termine péniblement 4 pages. J’ai presque honte de rendre ce torchon. Je sors lessivée et démoralisée. J’appelle mes parents pour leur dire que je n’aurai pas d’école cette année. La loose totale.

Dans les semaines qui suivent, j’ai du mal à m’en remettre. Qu’est-ce que je peux faire ? J’ai pas 36 solutions. Soit je continue de me morfondre soit je cherche un moyen pour avancer. Je décide de m’appuyer sur Dieu et de lui remettre mes inquiétudes. Je me dis que tout est joué et que c’est lui qui a mon avenir entre ses mains. 

Début juillet, les résultats tombent. Fébrilement je me connecte et je découvre à ma grande surprise que je suis admise dans 7 écoles. Je regarde mes notes et là miracle, j’ai obtenu un 13/20 dans cette matière cauchemard (je n’ai jamais eu 13 en 2 ans de prépa !!). 

Certains attribueront cette note à de la chance mais moi j’ai été persuadée à ce moment là, et j’en suis toujours convaincue, que Dieu a répondu à mes prières. Il avait un plan pour moi. Par dessus tout, j’ai expérimenté le fait de dépendre de Lui. Dans des moments de panique et de gros doutes, Dieu souhaitait m’apprendre à compter sur lui et à lui faire confiance. 

 

Que tu fasses confiance en Dieu ou pas du tout, quelques petits conseils pratiques : 

Pour moi, la clé numéro 1, c’est le sommeil. Se coucher tôt est primordial avant et pendant les exams. Quand le corps et l’esprit sont reposés, on est bien plus efficace.

La clé numéro 2, c’est de savoir faire des pauses. Te changer les idées – sans culpabiliser – pour laisser ton cerveau reprendre des forces, c’est stratégique. Il ne s’agit pas de faire une grosse soirée la veille de ton examen… Sinon ça va être compliqué ! En revanche, s’accorder un moment de lecture, de sport, de shopping, un repas entre amis, te permettra de sortir la tête du guidon.

Clé numéro 3 pour ne pas stresser la veille de l’exam : fais en sorte de n’avoir plus qu’à relire quelques fiches pour te mettre en confiance. Si tu attends la veille de l’exam pour mettre le paquet, tu vas paniquer devant la montagne des choses à réviser. La veille de l’exam doit être une journée light. C’est en étant serein que tu réussiras à sortir le meilleur de toi-même.

Le jour J : respire, lâche prise, sois confiant. 

 

Bon courage !

 

Myrtille Boeda