COMMENT J’AI ARRÊTÉ DE RÂLER

Je déteste les boîtes. Je déteste les étiquettes.

On range les gens dedans, on leur colle dessus. On leur dit que c’est ce qu’ils sont, et que ça ne changera pas : « Attends je vais le faire, toi t’as deux mains gauches ! » ; « Ah, mais c’est normal, t’es pas organisée… » ; « Les français sont tous des râleurs ! »… Vous voyez ce que je veux dire ? J’ai envie de m’énerver quand j’entends des choses comme ça, parce que finalement, ça sous-entend qu’on est figé ! Pourtant,  la parole de Dieu nous dit le contraire. On peut sortir de la boîte dans laquelle on nous a mise ou dans laquelle on s’est mise ! Et pour aller sur notre sujet, on peut arrêter de râler, on peut cultiver la joie !!

Quand j’étais au collège, j’avais comme un refrain dans la tête et je n’arrêtais pas de le répéter : « J’en ai marre ». C’était souvent précédé d’un long soupir, et souvent aussi, j’en avais marre, mais je ne savais pas de quoi. Un jour, en 5ème, je râlais sur l’école et une amie m’a dit : « Tu sais, tu devrais être contente, y’a des enfants qui rêveraient d’être à notre place et d’avoir accès à l’éducation ! ». Inutile de vous parler du gros blanc qui a suivi, ni du fait que si mes parents m’avaient dit la même chose, je les aurais envoyés bouler… Mais là, c’était ma copine, et ça m’a mis une claque : « Tu devrais être contente… ».

Et oui, c’est vrai. J’ai tellement de raisons de me réjouir.

Mais alors, pourquoi je me concentre sur ce qui me fait râler !? Du coup, il y a quelques temps,  j’ai voulu casser cette spirale. Remplacer une mauvaise habitude par rien, ça ne donne rien ! Par contre, remplacer une mauvaise habitude par une bonne habitude, ça donne quelque chose de plutôt sympa. Au lieu de râler, je vais me réjouir. Voilà ! Facile. Vous pouvez arrêter de lire maintenant 😉

Non, sérieusement… Concrètement, comment ça se passe ? Il y a plein de manières différentes qui permettent de cultiver la joie et, personnellement, pour mettre ça en pratique, je commence ma journée avec une liste. Quand mon réveil sonne, je prends un papier et un stylo et j’écris toutes les raisons pour lesquelles je peux dire merci. Et tant que je pense à quelque chose, même minime, je l’écris. Ça peut aller du ciel bleu à l’odeur du pain, d’une conversation qui m’a fait du bien, au toit que j’ai au-dessus de la tête. Et bizarrement ça change ma journée, ou plutôt ça change ma manière de voir et de vivre ma journée ! Changement de perspective !

Dans la Bible, il y a un verset qui dit « Soyez toujours joyeux ». Alors on peut se dire : « Elle est sympa ton idée, mais c’est dingue quand même ! Comment est-ce qu’on peut être toujours joyeux ?! » Et bien, parce que lorsqu’on devient enfant de Dieu, on est au bénéfice d’une joie qui ne dépend pas des circonstances. Elle est basée sur un acte qui ne peut pas être ébranlé : Jésus a pris mes fautes, passées présentes et futures, et les a pardonnées. Chaque jour, je suis aimé(e) d’un amour tellement énorme que je n’arrive même pas à le comprendre. Et le pire (ou le mieux !), c’est qu’il ne dépend ni de ce que je fais, ni de ce que je ne fais pas. Il n’a pas de condition.

Et si sur ma liste, il n’y a que ce sujet de reconnaissance (ce qui m’étonnerait fortement), il est déjà bien suffisant.

Et toi, y’a quoi sur ta liste aujourd’hui ?