YOLO ! AH OUI ?

Carpe diem sur ta trousse, Carpe diem comme nom d’album, Carpe diem comme tatouage… Carpe diem comme credo de toute une génération ?

Faut dire que c’est poétique, c’est beau, ça sonne bien et sa traduction peut-être encore davantage : « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ». Plus jeune, j’ai adoré le film « Le cercle des poètes disparus » où cette phrase transforme le regard des protagonistes sur leur vie. Alors j’ai aimé cette phrase aussi.

Mais… Carpe diem ! Vraiment ?

« Profite à fond du jour présent ! Tu n’as qu’une vie, il ne faut pas avoir de regrets ! Carpe diem ! » En d’autres termes : la vie est trop courte pour te demander si ce que tu fais est bien ou mal, s’il y aura des conséquences négatives demain, dans quelques mois ou quelques années. C’est l’idée, non ? (bon ce n’était pas celle d’Horace, le poète qui a dit ça mais je ne vais pas te faire un cours là-dessus, rassure-toi).

Carpe diem, c’est aussi ne pas penser à la mort, à la vie après la mort. L’instant présent, rien que l’instant présent et le plus intensément possible !

Est-ce que Carpe diem, ainsi défini, te convient comme manière de vivre ?

Je vais me permettre d’être franche : moi, personnellement, je n’y adhère pas.

En effet, je pense que mes choix, petits ou grands, ont des conséquences sur le court terme ou sur le très long terme, même si j’ai du mal à l’imaginer, même si je n’ai pas envie d’y penser.

Alors, attention, il ne s’agit pas de vivre chacun de nos choix dans l’angoisse mais de garder à l’esprit que oui, nos agissements ont de l’impact. Isaline a écrit un super article pour savoir comment faire des choix qui plaisent à Dieu. Je t’invite à le lire ICI.

Carpe diem avec cette définition, je n’y adhère pas parce que je crois à la vie après la mort et je crois qu’il faut y réfléchir dès maintenant, avant qu’il ne soit trop tard en fait.

À 16 ans, j’ai eu un accident de voiture très grave qui aurait pu me coûter la vie. À ce moment-là, j’étais en pleine crise avec Dieu. Quelques jours après le choc, je me suis dit :

« Et si tu n’avais pas survécu, où serais-tu allée ? Auprès de Dieu ? » Silence gênant dans ma tête et dans mon cœur… Figure-toi que ça ne m’a pas servi de leçon et que j’ai voulu me la jouer Carpe diem après ça (échec cuisant soit dit en passant) mais Dieu m’a rattrapée… à MAD in France 2005.

Dieu t’aime et il veut passer l’éternité avec toi. C’est maintenant qu’il faut t’en préoccuper.

« Oui, ok, je comprends tes arguments mais… Jésus n’aurait-il pas été un peu Carpe diem sur les bords ? »

C’est vrai que quand on lit certaines paroles de Jésus comme « Ne vous inquiétez pas du lendemain, le lendemain se souciera de lui-même. » (Matthieu 6 v 34), il y a comme un écho au fameux « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ».

Je pense que d’une certaine manière, Jésus nous dit Carpe diem ! (non non, ce n’est pas contradictoire avec ce que je viens de dire, tu vas voir) parce que dans ce verset et ailleurs, il nous dit, pour le paraphraser « Profite des bénédictions que je te donne ce jour, sans te préoccuper et te stresser pour ce que tu ne peux maîtriser et ce qui aura lieu… ou pas. Moi je m’occupe de tout, je m’occupe de toi. Je t’aime. »

Ça, personnellement, ça me motive plus qu’un credo qui m’incite à brûler la vie par les deux bouts sans réfléchir. Jésus te propose de vivre sereinement, en lui remettant toutes tes questions, tous tes choix.

Ne t’inquiète pas : il te propose également une vie exaltante, pleine d’aventures et de surprises ! Alors si je peux me permettre un conseil : attends-toi à ce que Dieu a préparé pour toi et profite à fond de ta vie ici-bas, sans négliger ton éternité !

« Jeune homme, réjouis-toi dans ton adolescence ! Que ton cœur soit en fête aux jours de ta jeunesse ! Suis donc les élans de ton cœur et tout ce qui te fait plaisir, mais n’oublie pas que Dieu te demandera compte de tout ce que tu fais. »
Livre de l’Ecclésiaste chapitre 11 verset 9 – La Bible