1,4 MILLION D’ENFANTS VONT PEUT ÊTRE MOURIR DE FAIM CETTE ANNÉE !

L’Unicef (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) tire la sonnette d’alarme.

Il estime que près de 1,4 million d’enfants pourraient mourir de faim cette année au Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen.

En cause : la guerre et la sécheresse.


Cette information a été relayée par de nombreux médias associant ces mots terribles à des images et des vidéos encore plus terribles. Voir la souffrance de ces enfants est insoutenable.

Elle est réelle et ne touche pas quelques cas isolés. Non ! Elle touche 1,4 million d’enfants !

Cela fait des mois voire des années que des organisations humanitaires nous alertent. Pour n’en citer qu’une, MEDAIR a écrit plusieurs articles sur ce sujet.

Que faire ? Comment réagir ?

Tu te dis comme moi : “J’ai tout pour vivre. Je vis dans un pays en paix. OK, il peut y avoir des attentats mais c’est sans commune mesure avec ce que subissent les populations terrorisées par Boko Haram par exemple. J’ai de quoi boire. J’ouvre le robinet et l’eau coule ! Je ne souffre pas de malnutrition mais de trop manger. J’ai accès aux soins de manière quasi gratuite.” Je continue la liste ?

Le face à face avec ces catastrophes peut créer un malaise. Il peut aussi faire peur.

Comment vas-tu réagir ?
  • Tu peux refuser ce malaise. Tu peux détourner le regard, ne plus voir, fuir.
  • Tu peux être indifférent. Alors je te conseille de regarder les vidéos sur cette catastrophe !
  • Tu peux chercher à le compenser (un peu) en donnant de ton argent et de ton temps, en payant de ta personne.
  • Tu peux accuser quelqu’un ou quelque chose d’autre d’être coupable de la situation. Selon les cas, tu diras que c’est la faute du gouvernement, des institutions financières internationales, des grandes multinationales…, ou bien encore des dirigeants corrompus des pays pauvres, ou même des pauvres eux-mêmes. Peut-être même que tu oseras accuser Dieu.
Souvent tu te sens coupable, mais est-ce que tu es vraiment coupable de quelque chose ? Ne culpabilise pas de ce que tu as, parce que c’est Dieu qui te l’a donné.

Mais peut-être te sens-tu coupable parce que cela ne te préoccupe pas outre mesure. Mais quand tu réfléchis à la situation, tu te dis qu’elle est monstrueuse. Est-ce que tu vas régler le problème en le niant ? ou en donnant ? ou d’une autre manière ?

J’aimerais préciser quelques points clefs :
  • Dieu est souverain sur tout et sur toute la nature. Souverain, cela veut dire que c’est le patron.
  • Dieu est souverain mais pas Satan. C’est le prince de ce monde mais il ne peut rien faire en dehors de ce que Dieu lui permet. Mais Satan n’est pas responsable de tous les malheurs : nous nous débrouillons très bien tout seuls !
  • Dieu est juste dans tout ce qu’Il fait ou permet.
  • Les grandes catastrophes naturelles et les guerres ne nous disent rien du péché relatif de ceux qui en sont victimes. Si toi tu n’es pas touché par ces évènements, ce n’est pas parce que tu es plus juste, mais c’est juste que Dieu est plein de grâce.
  • La vie n’est pas dépourvue de sens. Dieu est souverain, juste et rempli d’amour. Il n’aime pas voir les gens souffrir, et un jour il rétablira la justice.
  • Nous devons apprendre à pleurer avec ceux qui pleurent. Nous devons prier pour eux, les servir, les aider, leur donner, et faire tout ça avec conviction pour alléger leur souffrance. Tu n’as pas à être d’accord avec eux sur le plan religieux ou politique pour les combler de l’amour de Christ. Jésus te demande de montrer de la compassion et de la bonté à ceux qui souffrent, même s’ils ne le méritent pas.
Si Jésus-Christ est ton modèle, alors, comme lui, c’est important de rester sensible à la souffrance et à la misère spirituelle. Elle n’est pas forcément en Afrique mais tout autour de toi.

Donne selon ton coeur ; sois présent comme tu le peux ; prie pour ces personnes et ces situations.

Ce qui est important, c’est d’avoir un cœur ouvert pour les autres. Ce que Dieu te demande, c’est de t’engager et d’agir. Pas dans tous les sens, pas sur tout. Chacun a des trucs à faire et pas forcément la même chose que les autres. Ne te charge pas de trop.

Fais-le avec Lui. Fais-le pour Lui.